photos
Les Bonimenteurs
10 juin 2011 - La Provence

Les Bonimenteurs, la grande classe dans l'impro


Le duo comique reste fidèle à sa réputation. Style, élégance et panache.




Le rituel est classique mais on ne s'en lasse pas. Sur fond de musique de variété italienne des années 70, Jean-Marc Michelangeli et Didier Landucci, alias Marco et Ducci, font leur entrée sur la scène en parcourant les travées du Gymnase, l'un derrière l'autre en souriant et en dansant, sous les applaudissements rythmés et nourris du public. Le temps d'une chanson, la salle a commencé à s'échauffer. Une première mise en bouche avant de passer au plat résistance. Tout aussi immuable est le principe de leur spectacle, fondé sur de l'improvisation et divisé en une série de saynètes. Le duo comique, façon clown blanc et auguste, se prête facilement aux exigences des spectateurs. Faisant croire avec malice qu'il ne sera peut être pas de taille à relever le défi qu'on lui impose. Mais pour mieux tirer profit de la situation une fois l'exercice terminé. Ducci plonge sa main dans un vase transparent pour en tirer un papier de couleur qui va donner le thème de l'improvisation à jouer. Une fois le sujet connu et annoncé au public, le spectacle peut alors vraiment commencer. Les deux complices sont bien entraînés à l'exercice périlleux qui leur est soumis grâce à leur technique maîtrisée de la comédie et de leur expérience de la scène. Ils vont s'en donner à coeur joie pendant près de deux heures pour se lancer dans des pirouettes sans filet, pleines de surprises et de mini-rebondissements, avec un sens de la répartie étonnant. Retombant parfaitement sur leurs pattes, droits comme des "I" après chacune de leurs accrobaties verbales. Construire le fil d'une histoire qui se tient avec une série de mots assemblés au hasard ne leur pose pas trop de problème. On rit parfois jusqu'aux larmes de leurs facéties sans voir le temps passer. Et on garde une tendresse particulière pour le personnage de Ducci dans son rôle de souffre-douleur comique avec ses mimiques faussement maladroites. Pour le début de leur tournée d'adieux, les Bonimenteurs ne pouvaient pas rêver de plus bel écrin que le théâtre du Gymnase qui les accueille pendant neuf jours et les a intégrés dans sa programmation.
On les retrouvera encore dans la nouvelle salle du Silo, une dernière fois le 3 Octobre, pour une soirée exceptionnelle qui réunira bon nombre de leurs amis comiques. Avant de les suivre dans d'autres aventures parfois plus individuelles mais qui augurent une nouvelle forme de complicité. Comme quoi, l'histoire des Bonimenteurs n'est pas près de se terminer.



< Retour