photos
Les Bonimenteurs
04 Octobre 2011 - La Provence

La bande aux Bonimenteurs s'est attaquée hier au Silo


Pour fêter ses dix ans de tournée, le duo comique a invité ses amis artistes.


Ils sont arrivés, comme d'habitude, au son de la même musique. Un rituel immuable pour les Bonimenteurs. En rythme et sous les applaudissements du public, sur l'air de la chanson de Rino Gaetano (Ma il cielo e sempre piu blu), chanteur italien oublié des années 70. Pour fêter leurs dix ans de scène en commun, les Bonimenteurs avaient eu, hier soir, la bonne idée d'inviter quelques-uns de leurs amis artistes pour se frotter avec eux à l'art de l'improvisation. "Rien dans les mains, rien dans les poches", peut-être, comme le rappelle leur gimmick d'entrée en scène mais avec en tout cas beaucoup de ressources et de répartie pour raconter, plus de deux heures durant, des histoires loufoques, souvent courtes (pour éviter l'effet de lassitude) mais profondément drôles, construites en direct à partir de thèmes choisis par l'assistance. C'est le marseillais Patrick Bosso qui s'est collé l'un des premiers, à cet exercice  pas évident. Dans le rôle d'un personnage totalement inventé en direct (Nasus), le comique s'est fondu dans la peau d'un pharaon pas piqué des vers venu d'une autre époque. Joyeux comme un gamin jeté dans une cour de récréation, il a enchaîné ses histoires à dormir debout, en retombant à chaque fois sur ses pattes avec une jubilation évidente. A l'image aussi des Chevaliers du Fiel, de Nöelle Perna, de Dau et Catella, d'Ali Bougheraba et de tous les autres comédiens venus tenter l'aventure et relever le défi. Dans la dernière série d'improvisations, le rythme s'est légèrement accentué dans l'enchaînement des numéros, de manière à donner une énergie qui faisait parfois défaut.
Pour ceux qui aurait loupé l'épisode, les chaînes Comédie et Direct 8 étaient là pour immortaliser l'événement.
Avec cette musique entêtante du début qui continuait de tournée dans les têtes bien après la fin du spectacle.



< Retour